Jeu-Vidéo Pensées Action RPG

Final Fantasy VII Remake: l’Univers

Loin de moi l’idée de résumer la totalité de l’histoire ou de raconter le moindre détail de l’univers de Final Fantasy VII Remake (FF VII Remake), ce ne sera pas mon but ici. Comme dit dans mon précédent article sur ce jeu (disponible ici), je n’ai pas joué au jeu original et le seul point d’accroche que j’ai eu avec FF VII était d’avoir vu le film Advent Children qui n’est pas un point d’entrée car se déroulant après FF VII. Je découvrais ainsi FF VII Remake quasi-vierge de toute connaissance de cet univers, ce qui me permettait de ne pas juger l’histoire sous l’angle de la nostalgie, élément qui aurait pu biaiser mon regard de joueur. Je vais ici vous donner mon analyse et mon ressenti sur ce que nous apprenons à travers ce premier épisode qui s’il n’est qu’une introduction, est néanmoins loin d’être avare en information.

L’univers de FF VII est en tout cas très riche et s’est développé depuis la sortie du jeu éponyme en 1997. Quiconque a une question sur le monde peut aujourd’hui la trouver sur internet. Cette immensité qui est devenue exponentielle à travers les âges permet à l’univers d’avoir une profondeur permettant à celui qui s’y plonge de s’immerger tout entier à l’intérieur sans craindre une zone d’ombre. Beaucoup d’éléments sont d’ailleurs transposables à notre réalité et il est donc intéressant d’en faire un parallèle car son histoire a beaucoup à nous apprendre.

La mako

La mako permet à la plupart du monde de se pourvoir en énergie afin de subvenir aux besoins d’électricité. Le problème principal de l’extraction de celle-ci est qu’elle provient directement de la Rivière de la Vie et qu’elle entraîne peu à peu la destruction de la planète. Le parallèle avec le monde réel est ainsi tout fait. Pétrole, charbon, métaux semi-rares, toutes ces choses que nous extrayons de la Terre lui nuisent sans cesse. Étrange, non ? Ce constat est partagé par la grande majorité d’entre nous et pourtant cela continue voire accélère en nos temps actuels. Que se passe-t-il ainsi pour que notre autodestruction continue sans qu’aucun mouvement notoire n’ait lieu pour la ralentir ou la résorber ? La réponse est simple. Il suffit pour cela de peser le pour et le contre.

Réacteur mako.

D’un côté il y a le confort, la projection que demain sera pareil à aujourd’hui et que nous pourrons continuer à mener cette vie de facilité où l’avenir est semblable à un ciel bleu. Un avenir à court terme palpable. De l’autre, le vide, la peur de perdre nos privilèges obtenus après toutes ces années et de devoir se limiter dans une vie menée depuis toujours dans l’opulence. Un avenir à long terme, par conséquent hypothétique. Ainsi, la nature de l’Homme, de par sa vanité et son individualisme, l’empêche d’accomplir des actions hors de sa vision et cela multiplié à sa facilité à abandonner ce qu’il entreprend nous emmène à l’immobilisme actuel.

Pour parvenir à voir au-delà, il faudrait pouvoir avoir une véritable perspective du futur et par conséquent une véritable réflexion sur nos actions, les conséquence directes… Et indirectes. Dans le cas de l’utilisation de la mako, les habitants, au-delà de ce qu’elle leur apporte, doivent savoir que celle-ci détruit aussi cette planète sur laquelle ils vivent quotidiennement. Ils devraient se poser des questions sur l’extraction de cette énergie. Et pourtant ils ne le font pas. Car ce que cette énergie leur donne vaut largement le prix de leur ignorance et de leur silence. Ils se murent dans une bulle par peur de vouloir en savoir plus ou parce qu’ils sont tellement illuminés par ce qui leur est offert qu’ils ne pensent même pas à l’idée d’un effet néfaste sur cette énergie tellement elle ne leur apporte que du bon.

Comment faire donc pour sensibiliser le monde à ces dangers ? La réponse est loin d’être facile à trouver. Il pourrait même s’avérer qu’il n’y a pas réellement de solution claire et qu’aucune des actions qui sera réalisée ne puisse toucher le monde au point de l’entraîner tout entier dans l’inertie d’une réflexion. Néanmoins, FF VII Remake tente, à son échelle, de nous donner des éléments de réponse.

Avalanche

Avalanche est considéré dans l’univers de FF VII Remake comme un groupe d’éco-terroristes dont le but est de renverser la Shinra, pourfendeur de la planète de par son extraction toujours plus ambitieuse de la mako. L’urgence de la situation (consommation exubérante de la mako, désert naissant autour de Midgar…) légitime leurs actions de portée plus ou moins démesurée et cela peut amener à des dégâts collatéraux, au nom de la cause. Ils pensent devoir agir parce qu’eux sont les seuls à avoir conscience de la réalité et la force d’agir. C’est de cette manière qu’ils veulent parvenir à solutionner au problème.

Tourné comme ceci, il est clair que cette façon de faire est radicale. Néanmoins, est-elle efficace ? Dans cet épisode, nous pouvons surtout voir que cette méthode est très risquée, et ce à bien des égards.
D’une part car cela peut entraîner d’énormes dégâts. De très nombreux morts, ennemis, alliés et civils, un secteur entier détruit et une souffrance psychologique immense chez les différents protagonistes entre autres représentent les différentes facettes des conséquences de cette conviction.
D’autre part car réduire le confort vécu par les gens peut amener à fédérer une vindicte totale contre la cause et empêcher toute velléité de révolution et de résolution. Car il ne s’agit pas seulement d’agir parce que nous pensons que la cause est juste mais encore faut-il qu’une majorité adhère car au-delà de la destruction, il est également nécessaire que des actions soient réalisées dans ce sens par la suite. Sinon cela deviendrait semblable à un coup d’épée dans l’eau. Et c’est là qu’est toute la difficulté, il faut régulièrement marcher sur un fil et malheureusement être prêt à faire des concessions, l’extrémisme étant toujours difficilement acceptable.

Faut-il être prêt à tout ?

Il faut avoir une certaine force d’esprit pour être prêt à se mettre à dos le monde entier et rester inébranlable au nom de ses propres idées. Barret, par exemple, lors de l’effondrement du Secteur 7, à la vue des morts et de la destruction engendrée par leur combat, est sur le point de flancher alors même que durant toute l’aventure, nous l’avons vu pester de manière quasi-caricaturale envers la Shinra. Sa conviction, voir son obsession semblaient inaltérables, guidés par son but de sauver le monde. Pourtant en voyant les conséquences réelles du combat qu’il mène, il a douté. Pas longtemps certes, et néanmoins le doute s’est immiscé en lui. C’est dire la difficulté qu’il peut y avoir à accomplir sa volonté jusqu’au bout. Des sacrifices naturellement inconcevables deviennent une nécessité et il devient subrepticement impossible de revenir en arrière.

Le secteur 7 détruit par les conflits.

Par conséquent, il est difficile de faire la part des choses dans ces moments-là mais c’est justement ici qu’il faut être capable de prendre du recul et empêcher nos émotions de prendre le dessus sur notre raison.

Le nombre de morts engendré ne justifie pas nos actions, aussi nobles soient nos causes. C’est ce que nous nous dirions dans une situation vierge de conflits. Néanmoins, si les morts potentielles provoquées dans le futur par la situation actuelle sont susceptibles d’être plus nombreuses que celles entraînées par nos actions, que ferions-nous ? Ici nous parlons de morts puisque c’est un sujet propre à FF VII Remake mais nous pourrions en parler pour toute décision à prendre. Seulement, il est nécessaire de peser le pour et le contre de nos choix, afin de nous entraîner dans une réflexion et qui plus est dans un dilemme. Bien sûr, pour la plupart d’entre nous, nous n’aurons jamais droit de vie ou de mort sur des populations. Pourtant nous faisons sans cesse face à des dilemmes pouvant modifier drastiquement nos vies et c’est pour cela qu’une prise de recul est obligatoire dans ce type de décision étant donné que cela va nous permettre d’en obtenir les tenants et les aboutissants, d’en conserver cette réflexion pour nos choix futurs et de finalement consolider notre réseau de pensées.

Faut-il donc être prêt à tout ? Oui mais… Cela implique pour chacune de nos actions une profonde réflexion éthique et morale sur les conséquences avant de faire la balance entre les différents embranchements possibles à prendre. Le monde n’est pas manichéen et il en découle évidemment que nos décisions ne le sont pas également mais la vie implique des choix, par conséquent nous devons continuer à avancer.

La Shinra

Rufus Shinra.

Pour finir, nous allons parler de la Shinra. C’est à l’origine une société fabricante d’armes qui a profité de sa richesse grandissante pour s’étendre dans de nombreux domaines (militaire, spatial) et a peu à peu assis sa domination sur le monde.

Nous parlons donc d’une entreprise qui a su se diversifier en profitant des opportunités et tient le monopole de celles-ci. Dans notre réalité, nous ne sommes pas dans ce cas, du moins pas encore. Néanmoins, à y regarder de plus près, nous pouvons facilement voir des entreprises qui se démarquent des autres et qui d’une certaine manière ont le monopole de leur marché de par l’écrasement de la concurrence. Avez-vous deviné? Nous parlons évidemment des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). A l’heure où je vous parle, chacune de ces entreprises tend à avoir le monopole dans les marchés qu’elle occupe et leur croissance inexorable ne fait que valider cette tendance. Des entreprises toujours plus massives et des concurrents de moins en moins nombreux (soit ils n’ont pas les armes pour lutter, soit ils se font racheter…) font que dans un avenir peut-être pas si lointain, il ne restera qu’un nombre famélique d’entreprises dont les GAFAM feront évidemment partie. Mais là où je veux en venir, c’est justement que dans l’univers de FF VII, la Shinra est une entreprise qui a réussi à écraser ses concurrents et obtenu le monopole. L’intérêt est ainsi de voir, par la vision que nous offre le monde de Midgar, ce que le monopole peut entraîner en mal… Comme en bien.

Les GAFAM domineront-ils un jour comme la Shinra ?

Car oui, la Shinra n’a pas réalisé que des actions malveillantes. Et c’est logique car avant d’être le « destructeur de la planète », c’est d’abord une entreprise dont les clients sont les simples citoyens du monde. Il est par conséquent nécessaire de les satisfaire, ce qui implique de faire des actes bienveillants. La découverte de l’extraction de la mako et la vente de celle-ci n’était pas au début empli de mauvaises intentions. Il y avait un besoin énergétique important et la donner était une solution qui permettait à tout le monde de profiter de cette énergie, ni plus, ni moins. Par la suite, sa croissance l’a amené à toujours plus extraire de mako de par la demande exponentielle de la population jusqu’à la surexploitation de celle-ci. C’est à ce moment que la Shinra aurait dû se remettre en question par rapport à sa politique de croissance pourtant la réalité était bien là: les besoins énergétiques du monde ne cessaient de croître et il fallait les satisfaire. Et il est clair qu’à ce niveau-là seul la Shinra en était capable par sa taille et ses moyens. C’est ce qu’elle a fait. D’ailleurs, un détail important à souligner mais ce ne sont ni les expérimentations militaires, ni les expérimentations spatiales qui vont consommer le plus de mako. Non, c’est majoritairement la consommation quotidienne qui va brûler massivement cette énergie et ceci est logique car ce sont des milliards de personnes sur Terre qui l’utilisent à chaque seconde.

Ce besoin multiplié à l’appât du gain de la Shinra nous emmène à la situation actuelle de FF VII Remake. La Shinra s’est laissée emportée dans son élan et ne peut désormais plus stopper la machine. Elle a atteint un point de non-retour et seul son arrêt total semble être la solution. Le monopole qu’elle a obtenu a rendu les utilisateurs de son service dépendants d’elle et cela a des conséquences dramatiques sur le monde étant donné que dans l’inconscient collectif, une vie sans la Shinra pourrait être un retour à l’âge de pierre ou pire, la fin. Une sorte d’esclavagisme finalement, où le peuple devient totalement dépendant d’une entité, d’une manière tellement exubérante que sa disparition serait égale au vide.

Et pourtant, le problème de la Shinra n’est pas d’avoir le monopole. Son problème est d’utiliser ce monopole afin de continuer à asseoir sa domination sans avoir de vision à long-terme. Seule la logique pécuniaire prime sur ses réflexions et omettre les autres pans va provoquer de nombreux éléments de friction. Nous avons parlé de la destruction de la planète mais bien avant cela, il y a eu d’abord les dissensions provoquées par cette vision qui vont engendrer les événements observés dans FF VII Remake.

Des voix se sont par exemple élevés en interne contre le projet et ont fait germer une idée de révolte au sein de certaines personnes à l’intérieur même de la Shinra. Nous pouvons citer Domino, le maire de Midgar qui dans FF VII Remake est membre d’Avalanche, mettant en exergue le fait que toutes les sphères sont influencées par ces idées dissidentes. Puis ces idées font leur chemin, transmises de personne en personne, et finissent par se répandre dans la population.

Jusqu’à créer Avalanche. Parce que oui, Avalanche est la cristallisation du paroxysme de la fracture créé par la vision unilatérale de la Shinra. Et c’est un organisme important qu’elle n’a pas vu grandir au fil du temps, se fourvoyant dans sa vision en pensant que les citoyens se contenteraient de ce qu’ils ont, suffisamment abreuvés pour ne pas voir plus loin. Pourtant, Avalanche en est la preuve du contraire et c’est bien la faute de la Shinra d’avoir fait apparaître un groupuscule aussi violent. Toutes les personnes membres d’Avalanche ont une raison d’en vouloir à la Shinra et la multiplication de ces idées dont nous avons parlé plus haut additionné à l’union de celles-ci va accoucher de cette organisation puissante autour d’une idée majoritaire et radicale: la destruction de la Shinra.

Le point de non-retour est atteint depuis bien longtemps pour la Shinra.

Voilà ce que peut engendrer le monopole s’il n’est pas maîtrisé. Il peut créer un mouvement contraire à celui de l’entreprise et lui nuire jusqu’à des phénomènes de violence contre elle s’il n’est pas écouté. C’est le cas de la Shinra qui n’a pas su écouter les échos vacillants de ses détracteurs et qui s’est retrouvée dos au mur lorsqu’elle a enfin vu les conséquences de sa politique. Est-ce que nous observerons les GAFAM également tomber dans ce travers dans le futur? A moins que cela ne soit déjà le cas?

Conclusion

L’univers de FF VII est très riche et nous permet une analyse profonde sous l’angle de la réalité. Il est intéressant de voir que les problématiques dont nous avons parlé, venant d’un jeu sorti en 1997, soient terriblement actuelles. C’est dire l’anticipation que les scénaristes ont pu avoir de par l’imagination de leur histoire. Et c’est également ce qui rend ce jeu intemporel, peu importe l’époque où nous y jouerons, il y aura toujours une leçon à en tirer et c’est en cela que le jeu à énormément à nous donner. Jouez à Final Fantasy VII Remake.

Dans le même thème...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.